Non classé

Maintien des liens de fraternité

Maintien des liens de fraternité à l’intérieur et à l’extérieur de l’association des Fils d’Abraham

Annonce du décès de Jacques TARET, hier.
Annonce aussi du décès de la mère d’Isabelle SECK.
Nous partageons la peine de leur famille.

Les petits groupes comme le nôtre sont à même d’ouvrir les cœurs. Les Fils d’Abraham ont un idéal qui dépasse chacun. Notre groupe a un objectif d’engagement. Nous vivons une fraternité qui permet de dire des choses en toute simplicité.

Comment traduire cet engagement à l’extérieur des Fils d’Abraham ? Sortir du dialogue intellectuel des textes pour AGIR. Ce travail sur les textes est cependant indispensable et cette étude a permis de nouer des amitiés entre nous. Engagement de PRIERE aussi. Mention de la dernière encyclique du Pape François : « Fratelli tutti » Editions du Cerf, 2020.

L’un de nous garde des liens avec la synagogue et les pauvres de son quartier. Il lance un appel aux media pour qu’elles arrêtent de mettre le feu aux poudres. Arrêter de faire l’amalgame. Notre République a besoin de paix. Notre foi doit nous rassembler et non pas nous diviser. Les imams ont-ils joué leur rôle d’apaisement ? Il nous faut plus de fraternité, d’apaisement entre nous tous, Chrétiens, Musulmans et autres…

L’un de nous intervient pour demander d’user de toute la fraternité possible. Nous avons tous un socle commun sur lequel nous devons travailler. Faire front commun face à une certaine violence. Ne pas hésiter à secouer les politiques.

Le livre de Cédric Herrou : « change ton monde » est évoqué. La fraternité est un DEVOIR. Ne pas « chasser » les migrants qui traversent la montagne. Il a ouvert un centre d’Emmaüs. En hébreu, le verbe abad signifie « se mettre au service », en alliance avec tous les êtres humains du monde.

Essayons de donner l’exemple. Les textes écrits à propos des attentats ne suffisent pas.

AGIR : Pourquoi pas aider à l’enseignement du fait religieux dans les écoles ?
AGIR également dans les prisons.
Chercher des solutions aux difficultés de la vie.
Important de prendre soin des uns des autres.
Dans ce moment difficile, certains peuvent se replier sur eux, par angoisse, par stress.
Le don désintéressé de soi-même permet de se réaliser. Rien ne peut se faire sans lien avec les autres.

« Mon testament, le feu de l’alliance » : André Chouraqui. L’engagement de l’amour porte le feu de l’alliance.

Des musulmans se posent la question de savoir ce qu’ils font ici. Ils ne se sentent plus leur place en France.

L’ignorance mène à la peur et la peur à la violence, dirait Averroes. Nous devrions faire des choses ensemble, tisser des liens, des ponts, pour ne plus vivre côte à côte.

Cergiz KALAYCI, nouveau président du culte musulman de la région Rhône Alpes est présent avec nous, envoyé par Richard Abd el Malik. Son mandat de 2 ans, il lui reste encore 1 an. Certaines personnes sont montrées du doigt alors qu’ils ne sont pas concernés par les faits actuels.

Ne pas juger l’autre. On a tous une responsabilité dans le choix de la mort ou de la vie, la vie est le divin.
Tout est en nous, et c’est à chacun de faire le choix.

Agir sur de petites actions. Tout le monde n’est pas fait pour agir sur de grandes actions. Ouvrir l’oreille, savoir ECOUTER.

Mais comment avoir une PRATIQUE SOCIALE commune dans notre Association. Comment « profiter » des compétences de chacun pour accompagner des situations rencontrées dans le groupe.

L’inter religieux est très important pour ne pas faire d’amalgames.

Recommandation du Prophète concernant le voisinage. Au moment de faire le repas, le faire beaucoup plus grand et inviter les voisins ou le partager.

« Ce qui vient du cœur touche les cœurs » : ce rayonnement fait du bien et est un moyen d’apaisement.

Le paradoxe est que l’action avec les autres est actuellement difficile à cause du confinement.

Pour certains l’écriture est une source de vie. Le chapitre 4 du prophète Michée parle de la paix qui pourrait venir en marchant chacun au nom de son Dieu.

Vivre 9 mois en isolement ne sera pas sans conséquences. Là où je suis j’essaie de vivre dans la vérité et dans la conscience.

Relancer la fraternité dans le groupe

La fraternité commence déjà par dire bonjour à ses voisins même si leur religion n’est pas la même que la mienne. Importance de l’action individuelle.

Pourquoi ne pas mettre en place une écoute hospitalière autour de nous, peut-être en téléphonant aux membres de l’association en ayant la liste des adhérents.

Être rassurant en ce moment, chacun a besoin de cela en rappelant qu’au-dessus de tout cela, il y a un Créateur qui a des valeurs universelles.

En conclusion, deux citations :

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté, mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Chercher donc à vous surpasser les uns les autres dans les bonnes actions, votre retour à tous, se fera vers Dieu. Il vous éclairera, alors au sujet de vos différends. » (le Coran, 5 ,48).

« Un verre d’eau offert ou reçu, un morceau de pain partagé, un coup de main donné, parlent plus juste qu’un manuel de théologie sur ce qu’il est possible d’être ensemble » Christian de Chergé, L’invincible espérance, Editions Bayard, 1997

15 novembre 2020

Communiqué Samuel Paty

Communiqué de l’association « Fils d’Abraham de Lyon »
en réaction à l’assassinat de Samuel Paty , enseignant à Conflans-Sainte-Honorine

C’est avec beaucoup de stupeur, de tristesse et d’effroi et révulsés par cet acte, comme tous leurs concitoyens attachés aux valeurs de la République Française, que les membres de l’association « Fils d’Abraham de Lyon » ont appris l’assassinat de Samuel Paty, enseignant à Conflans Saint Honorine , le 16 octobre 2020 . Engagées en faveur d’un dialogue interreligieux inspiré par un idéal de fraternité et de paix et respectueuses des principes de tolérance et de laïcité , ces personnes se réfèrent à leurs traditions respectives , celles des trois grandes religions monothéistes comme celle de la spiritualité bouddhiste , et elles se scandalisent de ce qu’un jeune homme puisse se réclamer de sa foi pour prétendre venger le prophète de l’Islam , en perpétrant un crime irréparable contre un professeur dont le tort aurait été d’accomplir sa mission éducative essentielle , dans le seul intérêt de ses élèves : dans le strict respect de ses devoirs au sein de l’école de la République , Samuel Paty s’est en effet exclusivement attaché à les éveiller pleinement , pour la promotion de la démocratie et à leur entier bénéfice de futurs citoyens , à une claire conscience de l’importance capitale des acquis de la liberté de pensée et d’expression illustrée par des caricatures licitement publiées .

Ces femmes et ces hommes, qui se réunissent depuis 1993 à Lyon sous la dénomination « Fils d’Abraham » , se sont constitués en association en 2015 , de manière à pouvoir officialiser leurs interventions dans un débat public sur ces différents thèmes essentiels , dans le respect de la laïcité .

C’est dans un monde déchiré et pourtant plein d’espoir que s’inscrit notre démarche fraternelle. Elle se veut témoignage de paix. Salam. Shalom.

Comme l’avait si bien exprimé le philosophe Paul RICOEUR : « Si vraiment les religions doivent survivre, il leur faudra en premier lieu renoncer à toute espèce de pouvoir autre que celui d’une parole désarmée, elles devront en outre faire prévaloir la compassion sur la raideur doctrinale ; il faudra surtout – et c’est le plus difficile – chercher au fond même de leurs enseignements ce « surplus » non dit grâce auquel chacune peut rejoindre les autres ».
Aussi, les Fils d’Abraham de Lyon réaffirment-ils leur volonté de s’inscrire indissociablement dans un travail de dialogue interreligieux ininterrompu , excluant toute complaisance comme toute intransigeance , et dans une démarche visant à contribuer à un débat démocratique régi par la liberté de pensée comme par le respect du pluralisme et du contradictoire et , partant , à s’élever contre celles et ceux qui transgressent ces principes et s’exposent aux rigueurs de la loi républicaine .

A Lyon le 19 octobre 2020

Noël 2019 – Visite au sultan Melek-el-Malek

Chers Amis,
En cette année 2019, je ne vais pas vous envoyer un conte de Noël que j’aurais pu imaginer, non. En effet, l’actualité nous propose malheureusement un monde déchiré, un monde où l’on refuse de se connaître, de se rencontrer et donc un monde où l’on se combat dans des guerres fratricides. Alors, pour nous inviter à changer notre regard les uns sur les autres, à refuser les « a priori » et à nous regarder autrement, je vais prendre un récit authentique qui nous rapporte une rencontre merveilleuse du « Poverello », de François d’Assise, avec un musulman sultan en Egypte. Et cette rencontre a eu lieu il y a exactement sept cents ans.

Ce n’est pas un conte, c’est plus beau qu’un conte, écoutez ce récit…

Max Bobichon

(suite…)